top of page

Savoir gré

Gré vient de l’adjectif latin gratis, grata, gratum qui signifie notamment agréable, cher, aimé ou reconnaissant, bienvenu ou encore charmant. Dans le Gaffiot, il est précisé « qui reçoit bon accueil ».


Savoir gré, c'est précisément avoir conscience que quelque chose est agréable.


Quand utiliser savoir gré ?

Merci, savoir gré, être reconnaissant
savoir gré, dire merci en langue des signes

L’expression « savoir gré » est utilisée pour exprimer sa reconnaissance ou sa gratitude envers quelqu’un. Elle peut être employée de différentes manières, par exemple :

– « Je vous sais gré de votre aide » : cette phrase signifie que vous êtes reconnaissant pour l’aide que vous avez reçue de quelqu’un. – « Je vous sais gré de votre compréhension » : cette expression montre que vous êtes reconnaissant pour la compréhension et l’empathie dont on a fait preuve envers vous. Notez que « savoir gré » est un verbe transitif (c’est-à-dire qu’il se rapporte à un objet) indirect (il est introduit par une préposition du type de, à, etc.), ce qui signifie qu’il doit être suivi d’un complément d’objet indirect (COI) introduit par la préposition « de ». Par exemple : « Je vous sais gré de votre bienveillance ».



Je vous serai gré ou je vous saurais gré : les erreurs à ne pas commettre

Il y a cependant certaines erreurs courantes lors de l’utilisation de l’expression « savoir gré ». En voici quelques exemples :

– « Je vous sais gré pour votre aide » : cette phrase est incorrecte, car « pour » ne peut pas être utilisé comme préposition avec « savoir gré ». Le bon usage serait « Je vous sais gré de votre aide ».

Je sais gré ou je suis gré ?

Attention, l’expression « suis gré » n’a pas aucun sens en français et ne doit pas être utilisée. Comme le précise l’Académie française « On se gardera bien de faire de gré un adjectif attribut et de substituer au verbe savoir le verbe être... ».

L’expression est ancienne et admet aussi de nombreuses variantes autour de mot gré : on peut savoir gré, savoir bon gré, savoir mauvais gré, etc.


Je vous saurais gré ou je vous saurai gré ?

À l’usage, l’emploi de l’expression peut parfois s’avérer irrespectueux alors qu’on cherche précisément à montrer sa reconnaissance. Ainsi, il n’est pas rare de lire dans une correspondance administrative « Je vous saurai gré de bien vouloir remplir ce formulaire... », forme d’injonction dont on peut facilement comprendre le sens en contexte.

Comparez « Compte tenu de ce qui s’est passé, à l’avenir, je vous saurai gré de vous abstenir de parler » et « Je vous saurais gré de bien vouloir m’accorder quelques minutes pour discuter de ma proposition ».


L’emploi du futur sonne comme une injonction qui ne laisse pas place au doute. Dans le premier cas, comprenons « à l’avenir, nous vous demanderons de vous taire ». Dans le second, comprenons : je souhaiterais que vous m’accordiez un entretien. On sous-entend évidemment « si possible ». Notez dans cet exemple l’emploi volontaire du « nous » pour distinguer aisément l’emploi du futur « nous vous demanderons » plutôt que du conditionnel « nous vous demanderions ».

Dans une lettre de motivation, pour solliciter un entretien

Ainsi, dans une lettre de motivation, abstenez-vous d’utiliser le futur. Utilisez le conditionnel ! Par exemple, « Je vous saurais gré de bien vouloir me tenir informé de la suite donnée à ma candidature... » Si vous souhaitez faire usage de cette expression pour solliciter un entretien, n’employez jamais l’expression au futur. Ne dites pas « Je vous saurai gré de me recevoir... », votre interlocuteur pourrait bien vous en savoir mauvais gré ! En utilisant le conditionnel, « Je vous saurais gré de bien vouloir m’indiquer la démarche à suivre pour compléter mon dossier », vous traiterez votre interlocuteur avec la déférence qui lui est due.

Peut-on écrire « Je la sais grée » en parlant d'une femme ?

Non, gré reste invariable. Dans la mesure où l'expression est forgée avec savoir et non avec être, gré n'est pas un adjectif et ne peut donc être attribut du sujet ou épithète. Retenez juste que même si vous parlez de la responsable des ressources humaines qui vous a réservé le meilleur accueil, vous ne pourrez pas écrire : je la sais grée de m'avoir reçu. Vous devez écrire : je la sais gré de m'avoir reçu.


Je vous sais gré, une alternative

Sachez que l’expression de la gratitude peut donc se faire en utilisant « savoir gré » mais que la langue française dispose de bien d’autres façons d’exprimer sa gratitude.

Si vous ne vous sentez pas à l'aise avec cette expression, optez pour la simplicité. Employez plutôt une expression plus commune comme « Je vous suis reconnaissant de… » mais cette fois, faites l'accord : si vous êtes une femme, alors écrivez « Je vous suis reconnaissante… »


C’est ainsi qu’à l’Académie française, Michel Serres commence son discours de réception le 31 janvier 1991 : « En équivalence au mot remerciement [...] la langue française dispose des termes grâce ou gré, usités indifféremment dans une logique, masculine et douce, d’échanges gratuits : je vous rends mon merci ou je vous sais gré. »


Pour en savoir plus sur l'utilisation du futur ou du conditionnel, c'est par ici : je pourrais ou je pourrai ou par là : je serai ou je serais !


4 vues0 commentaire
bottom of page